Audition de Mme Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

Audition de Mme Frédérique Vidal ministre de l’Enseignement supérieur de la Recherche et de l’Innovation e1595597015224

Pasteur avait cette formule qui raisonne particulièrement avec notre actualité, il affirmait « La science n’a pas de patrie ». Et pourtant, depuis le début de la pandémie, il y a une tension très forte entre l’idée que la recherche scientifique est un bien public mondial et la tentation d’appropriation de ce bien par certains acteurs économiques et politiques. En effet, si la coopération entre les scientifiques semble s’organiser à l’échelle internationale, le discours politique des grandes puissances tend plutôt vers le nationalisme. Cela doit nous alerter tant c’est en contradiction avec les engagements pris par 195 états dont la France sous l’égide des Nations Unies via les Objectifs du développement durable (ODD) qui incitent à la fois à un accès pour tous à la santé mais aussi à des partenariats mondiaux pour la réalisation d’objectifs commun. La lutte contre le Covid-19 est bien un objectif commun.

J’ai interrogée Mme Frédérique Vidal sur la façon dont la France participe au partage des connaissances scientifiques afin d’assurer une solution accessible à tous et donc bénéfique pour tous.