Discussion générale avant l’examen du PJL Audiovisuel

Soutenir l’exception culturelle française,  protéger tous les publics au milieu de ce raz de marée déclenché par internet réaffirmer le rôle de notre audiovisuel public en lui donnant les moyens de s’adapter aux nouveaux médias tout en préservant cette confiance que nous lui accordons.  C’est ce qu’ambitionne le projet de loi ; qui doit d’une part, assurer notre souveraineté culturelle dans un monde connecté où le temps s’accélère et d’autre part, garantir sur tous nos territoires, ultra-marins, urbains et ruraux, l’accès à des contenus d’un service public de qualité, tout en veillant aux excès négatifs du numérique. Après l’audition du ministre Franck Riester, de la rapporteure générale Aurore Bergé, des rapporteures Béatrice Piron – La République en Marche et Sophie Mette, puis des rapporteurs pour avis Eric Bothorel Député, Christine Hennion et Jean-François Portarrieu, j’ai interrogé le ministre au nom de mon groupe Les députés LaREM

 » A l’heure du dérèglement médiatique, comment nous assurer que l’ambition de ce texte en faveur de notre souveraineté culturelle soit suffisante pour la protection de notre démocratie ? »