QE à M. le ministre de l’Economie, des finances et de la relance, sur la situation d’extrême précarité dans laquelle se trouvent les DJs en raison de la crise sanitaire

En France le secteur de la nuit représente 1 milliard d’euros de chiffres d’affaire, 1 600 établissements et 45 000 emplois. Depuis le 14 mars 2020, le secteur est complétement à l’arrêt du fait de la fermeture administrative pour stopper la propagation du virus covid-19. Ce secteur emploi de nombreux artistes dont les DJs qui dépendent, sans être salariés, de ces discothèques. Pour eux la situation devient de plus en plus dure car ils ne peuvent pas bénéficier des différentes aides mises en place par le Gouvernement pour soutenir l’activité économique et l’emploi. La précarité des DJs est une réalité aggravée par la crise sanitaire que beaucoup espéraient voir se terminer pour la saison estivale, pic de leur activité. Malgré la fin de l’état d’urgence sanitaire, les festivals, mariages et autres évènements estivaux n’ont pas repris annihilant totalement les possibilités de trouver d’autres sources de revenus…